17 janvier 2013

{La Constellation du Diadème, tome 1 : Olium} de Brian Herbert & Kevin J. Anderson

olium_blogQuatrième de couverture :

On l’appelle Fond de l’Enfer. Parce qu’il n’existe pas de planète plus inhospitalière dans toute la Zone Profonde. Stérile, éloignée de tout, balayée par d’effroyables tornades et secouée d’éruptions volcaniques… Fond de l’Enfer est l’exil des vaincus de la guerre civile, un endroit pour les parias.
Mais l’ancien général rebelle Adolphus est décidé à changer la donne. En formant une coalition clandestine contre le gouvernement corrompu et tyrannique qui dirige les 74 mondes de la Constellation, il tente de transformer Fond de l’Enfer en un lieu d’opportunités. 
Ce que tous ignorent, c’est que la planète maudite cache en son sein un extraordinaire secret.

Mon avis :

En Science-Fiction, j’ai plus tendance à aller vers la dystopie, l’uchronie ou les voyages dans le temps que vers le space-opera, pensant, à tort, ne pas aimer ce type de livres. Ce premier tome de La Constellation du Diadème m’a permis d’envoyer valser cette idée préconçue et m’a surtout embarquée et emballée du début à la fin.

L’univers développé par les auteurs est passionnant : les différentes planètes et leurs richesses, les moyens de locomotion, les espèces inconnues, la faune, la flore, le climat, les dangers, les organisations politiques… tout est mis en place pour construire un monde complet, un possible futur de notre système actuel. Chaque chapitre promet son lot de découvertes, de questionnements, de nouveaux personnages, chaque partie présente un infime morceau du schéma global, nous donnant envie d’en savoir toujours plus, de pousser toujours plus loin l’exploration.

En plus de cette ambiance dépaysante et addictive, Brian Herbert et Kevin J. Anderson nous offrent une intrigue et des personnages très travaillés. Plus on avance dans la lecture et plus on se rend compte que tout est possible, que les auteurs n’épargnent personne, et que l’on a beau essayer de deviner à l’avance, on est forcément loin de la solution.

Les différents protagonistes, s’ils paraissent nombreux et sans lien au départ, finissent par se fondre dans un tout plus global. Tous sont très différents mais tous ont un petit quelque chose qui les rend attachants, qui nous permet de nous questionner ou qui nous fait les détester, mais surtout, tous vont réussir à nous étonner ou à nous toucher dans leurs décisions ou leurs réactions.

Au final, quoi de plus agréable que de découvrir un roman qui réussit à nous surprendre, qui nous fait voyager, qui nous présente des personnages auxquels on s’attache et pour qui on va trembler, souvent à raison ? Olium permet tout cela à la fois, et même plus encore, et ce pour notre plus grand plaisir. Personnellement je suis impatiente que le tome 2 sorte, pour pouvoir retourner au Fond de l’Enfer, découvrir les desseins du Diadème Michella et lutter aux côtés du Général Adolphus. 

Si vous voulez savoir si Phooka a aimé tout comme moi, je vous laisse découvrir son avis.

Le livre :

Sortie le 03/10/2012 chez Orbit
424 pages, 22.50€

A venir :

Des impressions pour des avis - Numéro 1

Posté par heclea à 07:00 - Science-Fiction - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur {La Constellation du Diadème, tome 1 : Olium} de Brian Herbert & Kevin J. Anderson

  • J'avoue aussi que le space op c'est pas forcément ma tasse de thé, mais toi et Phooka, vous donnez bien envie de découvrir ce roman

    Posté par Olya, 17 janvier 2013 à 11:10 | | Répondre
    • Olya pour tout t'avouer , je partais avec un à priori plutôt négatif. Pas envie de lire ce roman. Heureusement qu'heclea était là pour me pousser et finalement je me suis régalée et Hécléa aussi.
      Vivent les LC !!
      Et merci Hécléa!

      Posté par Phooka, 17 janvier 2013 à 12:38 | | Répondre
      • Olya, tout comme Phooka j'avais peur du côté space op, mais j'ai vraiment beaucoup aimé !
        Dame Phook', merci de m'avoir accompagnée

        Posté par heclea, 25 janvier 2013 à 12:01 | | Répondre
Nouveau commentaire