30 septembre 2012

{Bois sauvage} de Jesmyn Ward

bois_sauvage_blogQuatrième de couverture :

Dans la chaleur étouffante d'un Mississippi pauvre et oublié de tous, l'histoire d'une famille fracassée par une des plus grandes catastrophes de l'histoire des États-Unis.
Esch Batiste, quatorze ans, observe. Elle voit son père tenter de s'extirper des vapeurs de l'alcool pour consolider leur masure ; elle voit Randall, son frère ainé, s'entraîner sans relâche au basket, dans l'espoir de décrocher une bourse sportive, d'échapper enfin à Bois Sauvage, à cette misère ; elle voit Skeet, le cadet, voler de la nourriture pour China, son pitbull adoré, sa championne de combats ; elle voit Junior, le petit dernier, chercher un peu de tendresse et d'attention ; elle voit leur mère, morte en couches, qui veille sur eux malgré tout ; et puis elle voit son corps qui change, ce secret dont elle ne peut parler à personne, ce bébé qu'elle n'attendait pas.
Dans dix jours, un ouragan va frapper le golfe du Mexique. Mais cet ouragan n'est pas un ouragan comme les autres, c'est Katrina, la mère de tous les ouragans. Telle Médée dont Esch lit et relit l'histoire, Katrina est venue pour tuer...

Mon avis :

Plongée directe dans l’ambiance moite et étouffante d’un village du Mississippi, Bois sauvage nous entraîne dans un autre monde, dans la vie d’une famille pauvre, qui lutte contre l’alcoolisme, qui lutte pour survivre et qui n’est pourtant pas arrivée au bout de ses peines.

L’histoire nous est contée à travers les yeux d’Esch, seule fille dans cette famille de cinq, qui grandit trop vite parce qu’elle n’a pas les moyens d’attendre, parce que dire non demanderait trop d’efforts, parce qu’il faut bien avancer coûte que coûte.

Avec une franchise toute adolescente, Esch nous embarque dans le quotidien de cette fratrie, où chacun cherche sa place, où tous veulent être acceptés : que ce soit Junior et son besoin d’attention, Skeet et sa chienne China, Randall et son basket, ou encore leur père partagé entre l’alcool et la protection de la famille, et enfin Esch et sa quête de l’amour.

Le style est tout à la fois très quotidien, très parlé (avec les erreurs de langage que cela peut comporter) mais surtout puissant, avec cette force de la vérité, ce sentiment de vivre réellement dans ce Bois sauvage, dans ce village sur le chemin des ouragans où rien n’arrive par chance, où il faut se battre pour le plus petit détail.

La première partie du roman pose l’univers, présente les personnages, nous raconte ce quotidien entre nonchalance et envie d’en sortir. L’ouragan, le danger annoncé, n’est au départ qu’un détail de plus dans une vie faite de luttes. Puis tout bascule, ces personnages auxquels on s’est attaché voient leur ordinaire basculer, le rythme s’accélère, le danger devient palpable, le cœur se serre et l’on se retrouve propulsé au cœur de Katrina, aux côtés de cette famille déchirée mais unie et le livre devient impossible à lâcher.

Jesmyn Ward nous offre ici un roman qui ne peut que marquer, la montée chromatique du danger, les personnages auxquels on s’attache peu à peu, les moments de vie, les choix difficiles, tout est prévu pour accrocher le lecteur et l’embarquer. Un roman fort, porté par une plume directe, une histoire à découvrir, pour vivre de l’intérieur la menace Katrina.

Le livre :

Sortie le 23/08/2012 chez Belfond
337 pages, 19.50€

A venir :

Pure, Julianna Baggott

Posté par heclea à 07:00 - Romans contemporains - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur {Bois sauvage} de Jesmyn Ward

Nouveau commentaire