10 avril 2012

{La mémoire trouée} d'Elisabeth Combres

memoire_trouee_blogQuatrième de couverture :

Cachée derrière le fauteuil, Emma n'a rien vu de l'assassinat de sa mère, mais a tout entendu.
Rwanda, avril 1994, la folie meurtrière explose.
Pas un habitant tutsi n'est épargné.  
Pourtant la fillette survit.
Car la vie réserve aussi des moments de grâce, des rencontres déterminantes... 

Mon avis :

La mémoire trouée, en mariant tout à la fois Histoire et personnages imaginaires, est un bel hommage, un beau travail de mémoire pour les disparus et les rescapés du génocide du Rwanda. Le sujet est difficile, le fait historique particulièrement violent et choquant, et pourtant la lecture n’est pas plombante.

En effet, et même si l’on ressent de manière forte l’émotion, les peurs, la souffrance d’Emma, l’écriture ne se veut pas dure, l’auteur nous raconte avec pudeur et simplicité le parcours de cette héroïne, partagée entre le besoin d’oublier l’horreur du massacre et l’envie de retrouver les souvenirs de sa mère disparue.

Fait intéressant, au fil des chapitres, on se rend compte que la mémoire est un personnage à part entière du roman, tant son importance est grande pour Emma. Son absence, ses zones d’ombre font partie de la vie de l’héroïne et celle-ci lutte avec ses pauvres moyens pour la retrouver.

Le découpage entre souvenirs historiques et romance est bien dosé. En racontant les évènements de 1994, en posant le contexte, en expliquant les faits et la chronologie, l’auteur arrive à nous donner une image précise de ce qu’il s’est passé. A côté de cela, en suivant Emma, Mukecuru et Ndoli, elle nous parle de souvenirs, d’espoir, et nous présente des personnages blessés qui se reconstruisent, des personnages touchants et attachants.

Au final, un livre intéressant par son sujet et touchant par ses personnages. L’émotion est présente tout le long, les protagonistes bien qu’imaginaires sont crédibles et on en oublie parfois qu’il s’agit d’un roman et non d’un témoignage. L’auteur connait parfaitement son sujet et sait faire passer message et sensations.

Pour finir, un passage sur la mémoire qui m'a touchée : 
"Elle avait pourtant du mal à s'imaginer assise dans une classe, ou bien le soir, à la maison, en train d'apprendre ses leçons. Sa mémoire avait perdu jusqu'au visage de sa mère, comment pourrait-elle retenir quoi que ce soit aujourd'hui ?"

En conclusion :

J'inaugure ainsi la partie "Historique" de mon challenge Le tour des genres en 365 jours.

ltdg365

A venir :

Sorcières d'aujourd'hui, tome 1 : Isabelle, Angèle Delaunois


Commentaires sur {La mémoire trouée} d'Elisabeth Combres

    Ah voilà qui est noté

    Posté par Stephie, 10 avril 2012 à 10:46 | | Répondre
  • C'est page combien l'extrait du livre ? Elle avait pourtant du mal à s'imaginer assise dans une classe, ou bien le soir, à la maison, en train d'apprendre ses leçons. Sa mémoire avait perdu jusqu'au visage de sa mère, comment pourrait-elle retenir quoi que ce soit aujourd'hui

    Posté par bgfxhngxfh, 03 octobre 2013 à 20:15 | | Répondre
Nouveau commentaire