06 septembre 2010

{Geisha} d'Arthur Golden

geisha_blogQuatrième de couverture :

À neuf ans, dans le Japon d'avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto.
Dotée d'extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend vite qu'il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui fera d'elle une vraie geisha. Art de la toilette et de la coiffure, rituel du thé, science du chant, de la danse et de l'amour : Sayuri va peu à peu se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville. Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs.

Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d'une rivale. Elle rencontrera finalement l'amour...Écrit sous la forme de mémoires, ce récit a la véracité d'un exceptionnel document et le souffle d'un grand roman. Il nous entraîne au cœur d'un univers exotique où se mêlent érotisme et perversité, cruauté et raffinement, séduction et mystère.

Mon avis :

Geisha attendait sagement dans ma PAL depuis que je l'avais ramené d'une virée chez Emmaüs, et il y serait resté encore longtemps si Frankie n'avait pas eu l'excellente idée d'organiser une lecture commune de ce titre sur Livraddict.

Moi qui craignait de me lancer dans cette lecture, de peur de ne pas accrocher, de la trouver longue, j'ai été bien bête puisque dès les premières pages, je me suis retrouvée happée par l'histoire de cette petite fille dont la vie va basculer du jour au lendemain.

A travers ce roman présenté comme des mémoires, on découvre peu à peu ce qu'est vraiment une Geisha, leurs aptitudes, leurs journées... On se plonge avec force dans leur quotidien, on partage leurs craintes, leurs doutes, leurs combats.

Dès le début, je me suis attachée à Sayuri, j'ai souffert avec elle de ses débuts difficiles dans l'okiya, des tensions apportées par Hatsumomo, des coups du sort... Rapidement, on ressent pour elle un sentiment protecteur, qui évoluera en fierté, passera par la déception... Elle ne peut laisser insensible tellement son histoire paraît véridique et n'est sûrement pas si loin de la véritable vie des Geishas.

L'écriture, bien que simple est très belle. De par ces mots, Arthur Golden nous projette dans un Japon d'avant et après-guerre. On s'y croit, on assiste page après page au rituel du thé, à la préparation de la Geisha, aux soirées... On s'émerveille devant un kimono, on a mal aux pieds avec les chaussures en bois, on goûte le saké, on tremble lors des bombardements...
En plus d'être une belle aventure humaine, un apprentissage et une quête de soi, ce roman est un magnifique voyage au pays du Soleil Levant.

Les 600 pages qui faisaient peur au début passent trop vite, la fin arrive rapidement nous forçant à refermer le livre, heureusement les images restent, perdurent et nous donnent envie de retrouver le Japon, de commencer d'autres voyages à travers d'autres histoires.

Ce livre ne payait vraiment pas de mine pour moi, malgré toutes les bonnes critiques que j'avais entendues, et la surprise, l'émerveillement ressentis n'en sont que plus fort.

Un livre très fort dont je me souviendrai longtemps. Une histoire d'amour, d'amitié, d'envie et de jalousie, une belle histoire de vie, tout simplement.

En conclusion :

Je vais maintenant essayer de voir le film tiré de ce roman, et visiter les blogs de mes camarades pour voir s'ils ont aimé autant que moi (liens à venir) : Frankie, Lexounet, Galleane, Amethyst, 100choses, Caelina, Lynnae, Lily, mamzellebulle, Cathy, Leyla, Lolo, et Mack.

A venir :

Les étranges talents de Flavia de Luce, Alan Bradley

Posté par heclea à 09:00 - Romans contemporains - Permalien [#]
Tags : , ,