10 avril 2010

{40 ans, 6 morts et quelques jours...} de Victor Rizman

40ans_blogQuatrième de couverture :

Il suffira d’un sac poubelle au clair de lune pour révéler les 40 ans vides de sens d’un publicitaire père de famille. Décidé à changer de vie et à dépasser le point de non-retour, le coup de feu ponctuant son anniversaire lui ouvre la voie. Caché derrière Melinda286, traquant ses victimes sur un site de rencontres, il entreprend une série d’éxécutions brillamment mises en scène, parallèlement à ses dernières animations commerciales pour la marque de petfood dont il a la charge.

Aspiré dans son sillon, Vulcain Sanglar semble échapper à la tourbe de son existence en assurant la couverture presse des crimes. Puisant largement dans son étrange univers, il enrichit la symbolique des meurtres, étoffe l’histoire pour garder la première page. Le capitaine Joël Schmidt, lui, n’attend plus rien, même s’il croit reconnaître une fois encore cette satanée petite musique qui lui dit que tout est trop évident et lui a déjà coûté plus que sa carrière. Précipités dans le tourbillon du « Scarabée » ces trois hommes se verront secoués et confrontés à leur image. Chacun utilisera cette opportunité pour tenter d’y voir plus clair, progresser et envisager de nouvelles relations avec les femmes qui les entourent. A l’abri de l’intrigue policière, entre Internet et l’Egypte ancienne, les mirages de la communication et les vertiges des introspections, les personnages oscillent entre leur désir de «savoir» et celui de «croire». Le temps de compter jusqu’à 6 et leur vie aura changé.

Mon avis :

Je ne connaissais de Victor Rizman que son profil facebook avant d'ouvrir ce livre. Je ne savais donc pas vraiment à quoi m'attendre avant de me plonger dans ce polar pas comme les autres.


J'ai rapidement été séduite, aussi bien par l'écriture que par l'histoire et son découpage. On suit, suivant les chapitres, trois personnages très différents les uns des autres mais avec le point commun qu'ils sont tous les trois paumés, blessés par la vie et ce qu'elle leur a réservé. Ils se cherchent, sont en marge ou déçus.

Le découpage du livre est très intéressant. La narration se fait à la première personne lorsque l'on suit notre publicitaire quarantenaire, point central du livre et qui lui donne la raison de son existence. Quand on suit Sanglar, le journaliste, ou Schmidt, le capitaine de police, la narration passe à la troisième personne. L'effet est immédiat, on s'attache au "héros" même si ses actions sont condamnables. On se prend d'affection pour lui, se demandant s'il va atteindre son but, espérant que tout se passe bien pour pouvoir continuer à suivre cette aventure. La distance mise en place avec les autres protagonistes est confirmée par les descriptions qui en sont faites, tous les deux en marge, associaux, peu amènes, ils sont néanmoins intéressants, cachant chacun un secret qu'on voudrait découvrir, pour mieux les comprendre et les appréhender.

Autant certains évènements sont fournis en détails et descriptions, autant certains passages restent vagues, nous laissant sur notre faim et surtout nous forçant à tourner de plus en plus vite les pages pour avoir des réponses. Je me suis ainsi faite balader tout le long de l'histoire, pensant avoir tout saisi, même les détails cachés, pour mieux me rendre compte à la fin que j'étais à mille lieues d'avoir deviné. Quel plaisir que cette ultime surprise, que ce revirement de situation qui expliquent finalement tout.

Vous l'aurez compris, j'ai vraiment aimé ce livre qui ne m'a pas déçue une minute. Une très belle découverte, qui je l'espère donnera suite à d'autres livres de l'auteur, que je me ferai un plaisir de suivre.

Pour, je l'espère, vous donner envie de découvrir ce roman, voici la bande-annonce qui en a été faite, personnellement je la trouve très sympa.


En conclusion :

Je remercie Victor Rizman et Pauline Raimbourg qui m'ont permis de découvrir une nouvelle plume et de passer un très bon moment de lecture.

A venir :

Femmes de l'Autremonde, tome 1 : Morsure, Kelley Armstrong

Posté par heclea à 11:00 - Thriller - Permalien [#]
Tags : ,