08 septembre 2009

{Le Roi du cinéma muet} de Indrajit Hazra

indienQuatrième de couverture :

Calcutta, 1906. La mégapole bengalie, agitée de fortes fièvres nationalistes, est sur le point d'être remplacée, en tant que capitale du Raj britannique, par New Delhi.
Dans la famille Chatterjee, le père, Tarini, travaille aux chemins de fer, jusqu'à ce qu'une gaffe mémorable signe le début de sa déchéance, morale et alcoolique. Son fils Abani, 16 ans, est introduit par son oncle Shombhu dans un monde enchanté : les coulisses du théâtre puis du cinéma bengali, débutant et muet, "le bioscope". D'abord projectionniste, souffleur puis acteur remplaçant, Abani va vite devenir une star. Amoureux platonique de la belle Felicia Miller, alias Durga Devi, sa partenaire, il mène grand train, roule en Ford T, et tourne quelques chefs d'oeuvre. Jusqu'à ce que Felicia-Durga s'en aille et qu'une gaffe lui fasse connaitre à son tour l'oubli.
Mais, après quatre ans de traversée du désert, un ami lui offre de travailler avec Fritz Lang, venu tourner à Calcutta
Le savant hindou. Finalement, le film ne se fera pas, Lang repartant chez lui tourner Metropolis. Abani, qui fut "le roi du cinéma muet", "le Rudolf Valentino indien" est retourné à l'anonymat.

Mon avis :

Moi qui aime, par moments, sortir de ma zone de confort (comprendre les romans policiers, les thrillers et de temps en temps de la fantasy), on peut dire que j'ai été on ne peut plus gâtée!

Pour commencer, j'ai adoré l'écriture, magnifique (bon j'ai lu une traduction, mais je pense que le fond est tout de même là), j'ai relu certaines phrases plusieurs fois, pas parce que je ne comprenais pas mais juste pour le plaisir... et il est rare que je m'arrête dans ma lecture pour me dire "Wahouh c'est super bien dit"... un petit exemple en passant, juste pour le plaisir :
"Il y avait ceux  qui venaient en bande, bruyants et tout excités, comme si leurs cervelles fonctionnaient de plus en plus mal au fur et à mesure qu'ils gagnaient un lieu de culture."

Ensuite l'histoire... J'avoue être totalement ignare, aussi bien sur l'Inde du début du XXème siècle que sur le cinéma indien... J'ai donc découvert, avec grand plaisir, les débuts du cinéma muet : que d'images, que de descriptions, j'en ai pris plein les yeux, les oreilles et le nez et j'ai voyagé... dans le temps et dans l'espace.
Je me suis identifiée à Abani, qui vit ces débuts de l'intérieur, qui découvre, s'en met plein les yeux et s'en nourrit... j'avais l'impression d'être là, et de vivre un grand moment!

Pour finir le style, j'avoue avoir été déroutée par les nombreux sauts dans le temps, j'ai eu à chaque fois besoin d'un moment d'adaptation pour re-situer la scène.
Par contre, j'ai adorée les entractes cinématographiques et théâtrales parsemées tout au long du livre... et quel clin d'oeil que, pour une fois, l'entracte soit la pièce ou le film en lui même...

En conclusion :

Très jolie découverte, et beau voyage dans un monde qui m'était inconnu!
Un grand merci à Blog-O-Book et aux éditions du Cherche Midi qui m'ont permis de découvrir cette histoire.

Lecture en cours :

Le jeu de l'ange, Carlos Ruiz Zafon

Posté par heclea à 19:50 - Romans étrangers - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur {Le Roi du cinéma muet} de Indrajit Hazra

    J'ai reçu ce livre grâce à BOB moi aussi, je vais bientôt le commencer Ce que tu en dis me motive d'autant plus à le lire, que je n'ai jamais lu de livre indien.

    Posté par Ankya, 13 septembre 2009 à 15:01 | | Répondre
  • Ca y est je l'ai lu... pas en entier. Je n'ai pas du tout été réceptive à ce livre. C'est dommage

    Posté par Ankya, 05 octobre 2009 à 15:25 | | Répondre
Nouveau commentaire